Informations

Vendredi 5 mars 5 05 /03 /Mars 21:09
levure bière

Les débats sur les compléments alimentaires font rage... Bon pas bon, besoin pas besoin, faut ou faut pas... Les professionnels sont en désaccord, on nous sort des avis différents tous les jours bref, comme pour beaucoup de sujet sur le plan santé-nutrition, le public ne sait plus sur quel pied danser.

Personnellement, je ne suis pas une adepte des compléments alimentaires. Je m'obstine à vouloir pallier aux manques en suivant une observation stricte sur ce que je mange, puiser naturellement dans les aliments. Bien pas bien ? Possible pas possible ? Je ne le sais absolument pas. Mais au fond de moi, y'a quelque chose qui me pousse à rechigner les compléments alimentaires.

Pourtant, les petits coups de pouces au bien-être et à la vitalité, j'en ressens le besoin. Alors, sans perturber mes intimes convictions, j'en reviens aux méthodes douces, les compléments qui, s'ils ne font pas de bien, ne feront pas de mal (hormis au porte-monnaie au final ouvert et dépouillé pour rien).

En premier lieu, j'ai opté pour la levure de bière, j'en avais beaucoup entendu parlé, c'est facile d'accès et d'utilisation.

Bénéfique pour la beauté de la peau, des cheveux et des ongles, on la trouve en poudre (pour saupoudrer, par exemple, les crudités) ou en comprimé.

Voici les informations complémentaires que j'ai dégoté :

 

La levure de bière est un champignon unicellulaire microscopique appelé Saccharomyces cerevisiae. Naturellement présent dans l’air ambiant, dans le sol et sur les plantes, ce champignon se développe grâce à deux types de métabolisme: 

- la respiration cellulaire aérobie (en présence d’oxygène), qui transforme le glucose en dioxyde de carbone (ou gaz carbonique, ou CO2): c’est grâce à elle que l’on fait lever le pain,

- la fermentation alcoolique anaérobie (sans oxygène), qui transforme le glucose en alcool (éthanol): les boissons alcoolisées fermentées telles que le vin et la bière (la bière… nous y voilà!) sont fabriquées de cette façon.

La levure de bière et la levure de boulanger sont donc, à l’origine, le même produit (notons que la levure chimique, ou poudre levante, n’a rien à voir avec la levure de bière).

On produit la levure de bière par culture et multiplication des cellules de Saccharomyces cerevisiae, en utilisant un milieu nutritif riche en sucre, comme la mélasse de betterave. Les cellules se multiplient très rapidement.

À la fin de la phase de fermentation, qui a lieu dans de grandes cuves, on sépare par centrifugation les levures de la mélasse résiduelle. On obtient une crème de levure que l’on déshydrate.

On ne procède pas de la même façon pour obtenir, à partir de la crème de levure, de la levure de boulanger fraîche ou sèche, et de la levure de bière en paillettes.

• La déshydratation est partielle, par égouttage et pressage, pour obtenir de la levure de boulanger fraîche, en cubes.
• La déshydratation est plus poussée pour la levure de boulanger sèche: à température inférieure à 40°C, pour lui conserver sa fermentescibilité.

La levure de boulanger est vivante, et active.

• Pour la levure de bière utilisée comme complément alimentaire, selon les fabricants, cette déshydratation se fait à température plus ou moins élevée. Les cellules, au-delà de 40°C, sont tuées. Si l’on dépasse cette température, la levure conserve ses vitamines et ses minéraux, mais on ne peut pas l’utiliser pour la panification. C’est une levure inactive. Par contre, si le fabricant a veillé à ne pas dépasser 40°C, la levure de bière reste vivante.

(Source : chacunsonbio.fr)

Le traitement s'effectue sur le long terme. Pour obtenir les prémices des bienfaits de la levure de bière, il faut atteindre 2 à 3 mois de traitement.

Alors, vous en pensez quoi ? - Par Phoen - Voir les 0 commentaires
Vendredi 5 mars 5 05 /03 /Mars 21:01

Le sempiternel "5/jour" est utopique, pour autant varier ses légumes est à notre portée. J'ai commencé à m'interresser à la variété des légumes en constatant que c'était toujours les mêmes qui se retrouvaient dans mon assiette : carotte, courgette, poivron, tomate...

Pourtant, entre les boudés et les oubliés, des variétés légumes, ils en existent beaucoup ! Et vous ne pouvez pas vous imaginez à quel point cela m'a passionné de découvrir de nouvelles saveurs ou d'en retrouver, car j'ai de nouveau goûté celles que j'avais avalé avec dégout il y a plusieurs années... Ah la jeunesse !

Au fur et à mesure de mes (re)découvertes, je vous ferai partager le verdict de mon palet, aussi modeste soit-il.

Les salsifis (catégorie "boudés")

salsifis.jpg  

Je me souviens que, petite, je me faisais une joie de regarder mon père faire cuire des pâtes (genre rigatoni) dans une grande poêle. Miam ! Miam !

Ra la la ! La naïveté d'un enfant ! Déjà, mon cerveau n'était pas assez développé pour savoir que les pâtes ne se cuisent pas à la poêle. Ensuite, j'aurais dû avoir des doutes rien qu'à l'odeur qui se émanait dans la cuisine. Enfin, je me suis sentie "arnaquée, blousée, trahie" en découvrant le goût des salsifis qu'en ce temps là je n'ai absolument pas apprécié.

Mais, vous en conviendrez, de près ou de loin, les salsifis et les rigatoni, s'apparentent en apparence... non ? 

Pour les courageux, à la bonne époque, vous pouvez vous aventurer dans la préparation des salsifis frais. Bon courage ! Ca colle aux doigts ! Sinon, on en trouve facilement en boîte, prête à être poêlés, réduis en purée, gratinés... 

Personnellement, il y a souvent une boîte de salsifis dans mon placard ! Les soirs où je rentre tard, je n'ai plus qu'à les passer à la casseroles avec quelques épices et autres herbes aromatiques. Idéal pour manger autre chose que des carottes en rondelles... 

A noter, les salsifis sont innofensifs pour la ligne (environ 30 calories/100g), notamment une source notable en potassium (d'après la Table Composition Nutritionnelle de l'AFSSA).

Topinambour (catégorie "oubliés") 

topinambour

Devenu la bête noir de nos grand-parents parce qu'ils en ont bouffé, bouffé et archi bouffé pendant la guerre, à défaut d'avoir autre chose à se mettre sous la dent, le topinambour aurait sombré dans l'oubli. J'ai appris ça dans "La santé 100% nature" (Anne Dufour, éditions LEDUCS) et cette affirmation s'est avérée véridique quand un beau jour je suis arrivée toute fière chez papy en clamant joyeusement que j'avais poêlé du topinambour. Réponse : "Beurk, beurk, beurk, ne me parle pas de ça, ni de rutabaga". Et bah ! Même après tant d'années... La guerre c'est terrible !

Le topinambour est un légume tubercule, physiquement proche du gingembre, originaire d'Amérique du Nord. La substance de réserve n'est pas l'amidon comme pour la pomme de terre, mais un glucide qui en est proche: l'inuline, qui est un polymère du fructose. Ce glucide n'influence pas la glycémie des personnes diabétiques, contrairement à l'amidon (Source : Wikipédia).

Environ 70 kcal/100g, source notable en potassium et en phosphore (AFSSA).

D'une façon général, le topinambour se cuisine comme la pomme de terre. J'avais testé une poêlée : topinambour découpés en rondelles, revenus dans un peu d'huile d'olive et aromatisé de thym. Autrement, vous pouvez le cuisiner à votre guise : purée, gratin, en salade...
Panais (catégorie "A vos souhaits !")

panais  

Environ 70 kcal/100g

De visu, cette grosse carotte blanche ne met pas en apétit. Pourtant, le panais, c'est délicieux et pour le moins, délicieusement sucré ! En le découpant, ça sentait fort la carotte... Un fois cuit, je suis agréablement surprise d'en apprécier particulièrement la saveur.

Suite à une émission télé sur M6, je les ai coupé en forme de fritte et, pour un premier essai, simplement poêlé. Verdict ? Si vous n'avez jamais goûté, je vous conseille fortement de tester le panais.

Là encore, un légume riche en potassium, mais possédant une charge glycémique élevée. D'après la nutrition.fr, cet aliment aurait un pouvoir sassiétant modéré. Bon, si vous faites un régime, ce n'est pas une raison pour vous goinfrer de panais !

Pour information, à la vapeur, le panais réclamme autant de temps de cuisson que la carotte. A peu près idem pour une cuisson à la poêle.

Alors, vous en pensez quoi ? - Par Phoen - Voir les 0 commentaires

Derniers Commentaires

Partager

Rechercher

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés